Accueil > Actualités > Championnat de France de labour : les Traits du nord en tête.

Actualités

15 septembre 2017 — par Elisabeth Gillion

Championnat de France de labour : les Traits du nord en tête.

Victoire de Jacques Roussel et Michel Moreau avec Ulla de Biez et son poulain Emir de Pickbrouck.

Belle vitrine pour les chevaux de trait lors du concours de labour initié sur Terres de Jim, salon de l’agriculture organisé à Margny-les-Compiègne le 10 septembre par les jeunes agriculteurs.

JPEG - 97.9 ko

Bon sang ne saurait mentir : le champion de France de labour à plat, catégorie seniors, Jacques Roussel, est fils d’agriculteur : « j’ai connu l’âge d’or des traits à la ferme, puis le passage au tracteur que j’étais fier de conduire à 14 ans ... mais je suis revenu au travail au cordeau vers 45/50 ans, par passion. » Il n’a pas de ferme et entraîne juste ses Traits du Nord dans les champs des amis, pour le plaisir, histoire de nettoyer des légumes ou de labourer du côté de Perthen (59).

Pour sa 9é édition et malgré un temps tristounet sur les plateaux de Compiègne, 9 équipes de toutes races (plus des baudets) se sont mesurées pour ce concours très populaire. Une belle
occasion de valoriser les races de traits puisque ce gigantesque salon accueillait 100 000 visiteurs : « le trait du nord a vraîment été conçu pour çà : il peut tirer toute une journée sa charrue sans s’énerver car il est calme. C’est une force tranquille. » Gentil, stable, il a bon caractère. La preuve ? Habitué à son pré, le jeune Emir de Pickbrouck (3 ans) n’a pas apprécié le voyage ni le box à Compiègne, mais il s’est repris : « il est jeune, donc encore tête en l’air, il a envie de gambader mais il s’est vite remis au travail avec sa mère (9 ans). »

Même s’il apprécie toutes les races de trait, Jacques Roussel estime que cette journée est une bonne promotion pour sa race préférée, comme pour son association « le cordeau, cheval et tradition » qui développe cette technique de conduite des chevaux. « C’est indispensable de transmettre le savoir-faire. Moi j’ai eu la chance qu’un grand-père me montre comment labourer quand j’ai commencé. Puis j’ai cherché une bonne charrue et on s’est entraîné car je suis sensible au contact qu’on peut avoir avec l’animal, plus qu’en attelage. »

Le cordeau, cheval et tradition : 03 28 49 45 24.

|