Valentine Pozzo di Borgo championne de France des cavalières

 

Valentine Pozzo di Borgo championne de France des cavalières.
Ça marche si on se donne à fond !

 

Valentine travaille depuis quatre ans avec Manuel Malta da Costa. Cette parisienne super bosseuse vient de créer son entreprise de cosmétiques. Elle voyage dans le monde entier. Elle avait besoin d‘une base solide pour que ses chevaux soient bien soignés et bien travaillés en son absence.

« J’ai besoin de vivre les deux : ma carrière professionnelle et l’équitation de haut niveau. C’est indispensable à mon équilibre. Ici à Chamant, on est en confiance : la preuve ? Les résultats sont là. »

Avec le titre de championne de France des cavalières à Valentine et Clark 004, les Écuries d’Aurélien Georges-Picot et d’Amandine Fantin voient consacrer le sérieux de son équipe. Articulée autour du maître portugais Manuel Malta da Costa, le vétérinaire et le maréchal sont voisins, les installations et les paddocks impeccables au calme dans la forêt, l’équipe travaille dans la durée, mais

« on se donne à fond, sans horaire ni délai. On adhère à la méthode du coach ou on part. C’est simple, direct, efficace. »

« On croyait bien monter avant de le rencontrer. On a tout réappris, »

ajoute Aurélien.

M. Malta da Costa lui a confié son piquet français il y a huit ans :

« Il est exigeant, perfectionniste, mais un cavalier doit savoir patienter. Avec lui, on est sûr qu’il sait qualifier chaque cheval avec son cavalier. On se parle franchement, on discute tout, même brutalement quelquefois donc on avance. »

Valentine monte deux à trois fois par semaine, tout en sachant que le protocole de travail imposé par le coach sera respecté avec Clark quand elle ne peut pas venir.

La preuve ? Il a suffit de quatre ans pour que Valentine et Clark arrivent au top.

« A Fontainebleau, lors du championnat de France, j’étais concentrée sur les conseils que m’avait donnés Manuel, j’ai confiance en son charisme. En plus, il met des barrières autour de ses élèves pour les protéger du stress ambiant. Et ce jour-là il m’a poussée, il m’a conseillée d’y aller à fond car on était prêt. Libératoire ! Un vrai délice ! Cet homme nous met de l’or dans les doigts, Clark est maintenant d’un confort étonnant ! On est à l’aise, parfaitement bien sur le cheval qu’il nous a préparé… sans tirer. Sereinement. »

Maintenant, Valentine est euphorique,

« j’ai deux cinq ans qui suivent… Tout va bien ! »

E. Gillion