Accueil > Actualités > La Transhenson, dimanche 22 octobre au Marquenterre.

Actualités

19 octobre 2017 — par Elisabeth Gillion

La Transhenson, dimanche 22 octobre au Marquenterre.

C’est un grand spectacle, un spectacle unique, un moment de partage, un beau travail, un hymne au cheval Henson, bien dans son terroir.

JPEG - 139.9 ko

C’est un grand spectacle : une bonne centaine de chevaux qui s’élancent à travers les sentiers,
la forêt puis sur la plage, les étalons d’un côté, les poulinières par un autre chemin, les foals turbulents et indisciplinés par ailleurs et autour pour les encadrer, des cavaliers montés sur des Hensons qui les canalisent (autant que possible) afin de les ramener au bercail d’hiver.

C’est un spectacle unique car on a donc la chance de voir des chevaux tous différents, tous assortis avec leur robe beige et greige et bistre et sable, leur crinière noire et or, leur ligne noire sur le dos. Ils ont la même taille, un sacré galop et une allure folle quand ils se suivent en long ruban et s’éclaboussent dans les flaques en bord de mer.

C’est unique car le Marquenterre est le berceau de race et le seul lieu qui réunisse deux cents Hensons dans 120 hectares de prés.

C’est un beau travail, une journée traditionnelle où l’élevage regagne ses paddocks d’hiver, va être vacciné, on va séparer les poulains des mères etc... C’est un temps de travail partagé avec le public, pour le plaisir des yeux et le plaisir de se balader au Marquenterre.

C’est l’occasion de découvrir le domaine autrement, d’aller jeter un œil dans la réserve d’oiseaux, de déguster des produits de mer et de terre... de rencontrer d’autres passionnés des chevaux.

Qui est le Henson ? Un petit cheval blond à crinière noire et raie de mulet sur le dos, descendant d’étalons fjords et de juments locales, créé il y a une trentaine d’années et devenu une race officielle en 2003. Ses qualités ? Il est tonique, rustique, il s’adapte à tous les milieux avec son pied sûr et sa réelle réserve d’énergie, facilement il accepte les inconnus et les débutants, il aime randonner, jouer. Bref il est utilisé à toutes les sauces : pour la promenade, l’enseignement et la compétition (horse-ball, attelage, paddock polo ou endurance ...)
Pourvu qu’il soit en extérieur, il est heureux.

Comment vivre la Transhenson ? Si l’on est cavalier de Henson, il faut réserver sa place en tant que participant. Si l’on est spectateur, il faut venir tôt, botté et vêtu pour divers types de temps (qui change vite en baie de Somme !) Prévoyez d’arriver vers 8h car le public est canalisé pour assister au grand galop en toute sécurité. Il faut donc marcher un peu, beaucoup, en terrain inégal... Bref il faut gagner son spectacle !

On peut déjeuner au domaine du Marquenterre, apporter son pique-nique, acheter des produits fermiers, repartir déjeuner sur Rue ou Le Crotoy... L’après-midi des jeux et des présentations se succèdent.

En fait les Hensons ont commencé à sortir de leur Marquenterre pour s’éparpiller dans la région. L’élevage (extensif avec des vaches et des moutons écossais) se trouve à la ferme Saint-Jean à Rue, un centre équestre à l’espace Henson Marquenterre, un autre à Fort Mahon, L’Etrier. Tous deux proposent des randonnées, bivouacs, séjours équestres et accueillent des cavaliers de passage. Chantilly et Le Touquet disposent d’une brigade de Hensons pour visiter la ville par petits groupes.

info@henson.fr
Espace Henson Marquenterre :
34 chemin des Garennes. 80 120 Saint Quentin en Tourmont.
03 22 25 68 64.

Voir en ligne : Site des Hensons

  • 22 Oct Dimanche 22 octobre 2017Où ?
    La Transhenson, dimanche 22 octobre au Marquenterre.

|